person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English
Life TV Africa News Club

Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Les musulmans sénégalais croient-ils vraiment en Dieu ? - SEYTOO.COM

keyboard_arrow_rightSuivant

keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Les musulmans sénégalais croient-ils vraiment en Dieu ?

Société et style de vie

L’islam n’a jamais reconnu les écritures cabalistiques (khatims) utilisées par certains pour confectionner des amulettes. Aucun texte islamique ne fait allusion à celles-ci.

Mis à jour le 24 novembre 2020, Souleymane Diam SY
Les musulmans sénégalais croient-ils vraiment en Dieu ?

« Celui qui porte des amulettes est déchu de son statut de musulman », Abdoul Aziz Barro, Islamologue

Des Sénégalais, musulmans notamment, font recours aux amulettes pour se protéger ou bien pour obtenir la chance au travail, gagner le cœur d’une fille. Donc forcer le destin. D’autres en font recours pour jeter un mauvais sort à autrui. Abdoul Aziz Barro est formel : l’Islam interdit toutes ces pratiques qui relèvent à de l’associationnisme et de la mécréance. A la limite, l’individu peut perdre son statut de croyant musulman.

Est-ce que l’islam autorise le recours aux amulettes ?

Tout ce que le Prophète de l’Islam (Psl) a dit à propos des amulettes décourage le musulman à en porter. Il disait à ce propos : « Dieu ne va pas assister celui qui porte des gris-gris. Il va le laisser à ses idoles ». L’intention en s’y adonnant est déterminante. Il est dit dans un hadith authentique que quiconque porte des amulettes s’adonne à l’associationnisme voire à la mécréance qui sont des pratiques prohibées par l’Islam. En plus, l’islam n’a jamais reconnu les écritures cabalistiques (khatims) utilisées par certains pour confectionner des amulettes. Aucun texte islamique ne fait allusion à celles-ci.

Certains classent les écritures cabalistiques (khatims) comme étant moins graves...

Les écritures cabalistiques ne proviennent pas du Coran. Le livre saint est une chose, les écritures cabalistiques une autre. Personne ne peut attester que ces écritures sont tirées du Coran ou bien que le Prophète de l’islam les a enseignées. Les « khatims » ne sont pas recommandés par l’Islam. Elles relèvent de la pure invention. Et rien d’autres. Malheureusement, il y a des gens qui s’aventurent même à comparer un seul regard de ces écritures à une lecture entière du Coran. C’est dommage. Ce que le Prophète de l’Islam (Psl) nous a enseigné est que si l’on prononce une seule fois une lettre du saint livre, Dieu nous récompense en dix bienfaits. Donc, tout cela montre au musulman que Dieu interdit cette pratique. Il dit dans le Coran : « si vous croyez fermement en Moi, ne M’associez à rien et cherchez refuge auprès de Moi. Car Je suis le seul Protecteur ». Il poursuit : « celui qui exécute mes recommandations et abandonne mes interdits, Je lui facilite toutes ses initiatives ».

Certains soutiennent que des compagnons du Prophète (Psl) ont fait recours à ces pratiques...

On avait demandé au compagnon du Prophète de l’islam (Psl), Ibn Ayib (Ra), si le port des amulettes était recommandé par la religion musulmane, il avait indiqué qu’il était permis à un croyant de les porter pour un moment bien déterminé, pour se protéger le temps qu’il apprenne et mémorise les versets de Coran qui servent de protection. Même si cela s’avère vrai, il se servait uniquement du Coran et rien d’autres, contrairement aux pratiques fréquentes dans le pays consistant à opérer du mélange du Coran avec des feuilles d’arbres, des cornes, des peaux d’animaux, etc. Et ceux qui font ce mélange estiment que le Coran seul ne suffit pas.

Au Sénégal et même ailleurs en Afrique, beaucoup de musulmans ne mémorisent guère le Coran. Leur est-il permis de porter des amulettes ?

Les intentions sont totalement différentes. Celles des compagnons du Prophète de l’Islam (Psl) étaient de chercher une protection divine contre les mauvaises langues et autres, alors que celles des Sénégalais ou des Africains, d’une manière générale, consistent à forcer le destin pour décrocher du travail, obtenir du succès, gagner le cœur d’une jeune fille (bayré), etc. Celui qui estime que ce sont ses amulettes qui lui ont permis d’avoir quelque chose, s’adonne, comme on l’a si bien dit, à de l’associationnisme et même à de la mécréance. Il risque même de tomber dans la déchéance de son statut de croyant musulman. Il y a plusieurs niveaux lorsqu’on le fait : soit on est un associationniste, soit un mécréant, soit on perd son statut de musulman.

Cela varie en fonction des intentions des uns et des autres. Donc, cela montre que Dieu n’a nullement autorisé les croyants d’en porter. Le compagnon du Prophète de l’islam (Psl), Ibn Ayib (Ra), a rappelé qu’on avait seulement recommandé au Sceau des prophètes (Psl) que d’invoquer son Seigneur en cette matière. Il est donc notre référence. Nous devons nous conformer à ses enseignements et non tenter de changer sa vision des choses.

Est-ce à dire que les musulmans porteurs d’amulettes ne sont pas de vrais croyants ?

Deux groupes se dégagent dans le lot des gens qui le pratiquent. D’un côté, on a des associationnistes et de l’autre des mécréants. Comme je le dis tantôt, celui qui croit fermement que ce sont ses amulettes qui le protègent, lui facilitent ses initiatives et non son Seigneur, tombe dans la mécréance. Malheureusement, il y a des gens, s’ils oublient de porter leurs amulettes en sortant de chez eux, retournent les chercher. L’intention est à la base de tout. Au Sénégal, ceux qui s’y adonnent ne se réfèrent pas seulement au Coran. C’est cela qui est malheureux. Le Prophète nous a laissés deux références sûres : le Coran et sa Sunna (ses enseignements). Il nous a exhortés à nous y référer constamment pour éviter d’être leurrés, d’être abusés par des tiers.

L’Islam interdit donc le port des amulettes.

La religion musulmane l’a catégoriquement interdit, bien qu’il y ait parmi les compagnons du Prophète (Psl) qui le portaient pour un temps bien déterminé. Les êtres humains se trompent. Leurs intentions étaient salutaires et sont différentes de ce qui se fait actuellement. Au Sénégal, il y a des gens qui portent leurs gris-gris à vie, sans jamais s’en départir.

D’aucuns disent même que Seydina Aliou (Ra) avait donné des talismans à ses fils Ousseynou et Assane (Ra). Une raison de porter des amulettes ?

Ce sont des allégations sans fondement. Que Dieu nous pardonne, on raconte beaucoup de choses inexactes sur le compte de l’Islam en passant par le compagnon du Prophète (Psl), Seydina Aliou (Ra). Les gens inventent beaucoup de choses non fondées sur son dos. Ces paroles ne sont pas authentiques, d’autant plus que la référence en Islam n’est ni Abou Bakr, ni Oumar, ni Ousmane ni Alioune (Ra), mais le Sceau des prophètes (Psl). Toute œuvre accomplie par ces successeurs du Prophète (Psl) et qui est conforme à ses enseignements devient par conséquent une référence en soi. Ces compagnons du Prophète (Psl) n’étaient que des humains. Ils se trompaient et se rectifiaient. Seul lui ne se trompait jamais. Il est la référence sûre et crédible.

Quelle est la position de l’Islam sur le charlatanisme ou le fétichisme ?

Le charlatanisme et le fétichisme constituent le deuxième péché par ordre de gravité après l’associationnisme. Cette pratique ne consiste à rien d’autres qu’à forcer le destin. Jeter le mauvais sort sur autrui, recourir au fétichisme pour gagner le cœur d’une fille sont synonymes de méchanceté. Le charlatanisme et le fétichisme sont des pratiques prohibées par l’islam. Celui qui s’y adonne est un mécréant. Ce n’est pas bon. Malheureusement au Sénégal, on n’arrive pas à faire la différence entre l’Islam et le charlatanisme ou le fétichisme. Dieu a dit dans le Coran qu’il ne va jamais pardonner celui qui s’adonne à ces pratiques. Et c’est suffisant pour que les gens s’en départissent. Qu’Allah nous en préserve.


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons


groupRejoignez le Club,
Vous allez adorer.

Life
TV
Africa
News
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.