person_outline Me connecter close
Fermer
search
Recher.
menu
Menu

Vous
EN
English

groupRejoignez le Club.
Vous allez adorer Seytoo !


Accueil
share
@

Partager
arrow_back
Retour
Pourquoi le sexe fait-il autant de ravages à Mbour, au Sénégal ? - SEYTOO.COM
keyboard_arrow_rightSuivant
keyboard_arrow_leftPrécédent
save

Enregis.
share
@


Partager

Pourquoi le sexe fait-il autant de ravages à Mbour, au Sénégal ?

Société et vie personnelle

Mbour, du sexe à ciel ouvert. A Mbour, les prostituées professionnelles étaient consultées, un jour de la semaine au poste de santé.

Mis à jour le 26 octobre 2020, Seytoo
Pourquoi le sexe fait-il autant de ravages à Mbour, au Sénégal ?

La prostitution semble trouver dans la Petite Côte un terrain de prédilection, ceci du fait du tourisme et de la pêche. Les travailleuses du sexe, c'est le nom qu'on donne maintenant aux prostituées, font légion. On distingue les professionnelles qui se font examiner régulièrement et celles-là qui se prostituent dans la clandestinité, une concurrence déloyale, qui ne fait pas l'affaire des « legal whores ». Incursion dans l'univers bien singulier du commerce de la Chair...

L'étranger qui débarque à la station balnéaire peut être frappé par la tenue indécente de jeunes filles en plein jour se pavanant dans les rues. Et parfois, elles le font même bras dessus dessous avec des expatriés. qui peuvent avoir l'âge de leurs pères. Nous sommes à Saly, cette partie du Sénégal où la chair se vend à coups d'euros et non en termes de francs Cfa. N'en déplaise à ceux qui refusent la réalité, le tourisme sexuel est bien présent dans la Petite Côte. Aussi, on peut se cacher derrière un emploi de gouvernante, de coiffeuse, de commerçante, de vendeuse d'objets d'arts pour s'adonner à une prostitution qui ne dit pas son nom. Mais à côté de ces clandestines, on trouve des prostituées professionnelles comme Binette que nous avons trouvée à Saly. Elle nous raconte comment elle est entrée dans le métier.

« J'ai commencé à me prostituer il y a cinq ans de cela. Je faisais la Seconde et j'ai dû arrêter les études. Mon père qui était un taximan « sirouman » (qui n'a pas sa propre voiture) a fini par perdre son travail du fait de troubles mentaux. A la maison, il y avait des problèmes pour bouillir la marmite. Etant l'ainée de la famille, j'ai décidé d'abandonner l'école et de venir à Saly. Quand je suis venue ici, je travaillais comme domestique pour un européen qui prenait en charge mon loyer. Il m'a pressée comme un citron. C'est petit à petit que je suis entrée dans ce métier », nous confie Binette.

La crise du tourisme a touché de plein fouet les travailleuses du sexe qui se rappellent au beau souvenir du temps du développement du secteur. « Les affaires ne marchent pas actuellement sur la Petite côte. Les expatriés avaient peur des élections. Ils ne sont pas nombreux à venir cette année. Nous en avons bien souffert. L'essentiel, c'est de trouver un client de luxe qui peut te filer plus de 80 Euros pour une partie de jambes en l'air. Certains clients refusent d'user de capotes, dans ce cas le prix devient plus cher », se désole notre interlocutrice qui ne manque pas de déplorer une concurrence déloyale des clandestines.

« Dans les résidences, on peut voir un Toubab qui héberge sa petite amie pendant une semaine. Ce qui se passe, dans ces résidences est grave. On parle de prostitution mais ce qui se passe dans ces résidences est encore plus grave », insiste-t-elle Ces travailleuses du sexe n'habitent pas toutes Mbour et ses environs. Elles viennent pour la plupart des autres villes comme Thiès, Kaolack, Dakar, etc. Car, on ne se prostitue pas là où on habite mais plutôt où on n'est pas connue. A Mbour, les prostituées professionnelles étaient consultées, un jour de la semaine au poste de santé.

Et tout le monde savait que tel jour, il y avait le matin les prostituées qui faisaient la queue à Santassou. « Aujourd'hui, les choses ont changé. Pour éviter la stigmatisation, on les regroupe avec les autres femmes au centre de santé de Téfess et elles ne sont plus reçues séparément. Chaque jour, nous animons une causerie sur le Vih/Sida, la transmission mère enfant, les consultations prénatales, le planning familial. Il s'agit de l'intégration des services », nous confie la sage-femme Tapa Ndiaye.

Et de poursuivre : « Ce qui est plus grave c'est la prostitution clandestine car il n'y a pas de protection. Or, avec les prostituées, il n'y a pas de nouvellement infectées. Malheureusement, cette prostitution clandestine est plus importante. Régulièrement, il y a une équipe mobile d'Enda Santé qui fait la ronde dans les quartiers pour dénicher les prostituées clandestines et les soumettre à des examens et dans chaque quartier, on en trouve un nombre important ».

Les mineures aussi de la partie

Au centre de santé de Tefess, il n'y a pas que les travailleuses du sexe professionnelles qui viennent pour une consultation, il y a des mineures qui se prostituent même si elles n'ont pas l'âge requis pour exercer ce métier et un carnet sanitaire. Si les prostituées qui fréquentent les bars de Mbour comme Mama Magne sont payées en francs Cfa, celles qui se bousculent à l’Etage à Saly, le sont en Euros.

Un client Toubab vaut mille fois un compatriote, c'est clair. Avec un Sénégalais, la passe ne dépasse point cinq mille francs alors que pour l'occidental la passe est d'au moins 80 Euros. Devant le bar Mama Ndagne se tient une femme au charme détruit par l'alcool et le vice, une cigarette à la bouche. Elle n'est pas sortie que pour prendre l'air mais plutôt pour appâter ...Ses rondeurs sont mises en exergue par des habits qui lui collent à la peau. Elle se paie une cigarette et lance « affaire yi doxoul tey, les affaires ne marchent pas aujourd'hui ».

Mama Magne semble être le rendez-vous idéal des travailleuses du sexe où elles peuvent facilement trouver des clients. Certains vont droit au but en entrant dans le bar pour y trouver la femme de leur choix. D'autres préfèrent rôder tout autour, guettant la bonne occasion. Et après un marché conclu on s'ébranle vers l'un de ces quartiers populaires où elles vivent et travaillent. Mais si à Mbour on raisonne en francs Cfa, à Saly, on parle d'Euros. L'étage est un bar dancing à l'entrée de la station balnéaire. Même si on ne s'y embrasse pas, c'est là-bas que se font les rencontres entre clients et travailleuses du sexe.

« J'ai des amis et collègues taximen qui travaillent à l'Etage mais moi cela ne me chante pas car je ne veux pas entrer dans cette mafia. Tous les jours on peut avoir une femme qui est venue spécialement de Dakar pour passer la nuit à Saly et cela fait l'affaire des taximen. Mais, moi, je n'ai plus le cœur à me rendre à l'Etage », nous confie un jeune taximan.

Mais qu'est-ce qui pousse les femmes à se prostituer ? La plupart comme Binette invoquent la pauvreté. Pour d'autres, ce sont les abus sexuels dont elles seraient victimes qui seraient à l'origine de leur choix. Dans tous les cas, toutes avouent y trouver leur compte et il est difficile pour elles de sortir de l'engrenage. « Une fois qu'elles prennent leur décision, il est difficile d'en sortir. Il arrive que certaines expriment la volonté d'arrêter mais leurs collègues de même que les clients ne le leur permettent pas: Il y a un véritable lobbying qui se dresse contre elles au point qu'elles se résignent à rester », avance Mme Tapa Ndiaye.

Néanmoins, on peut toujours en trouver certaines qui réussissent à s'échapper et à s'insérer dans la société pour une autre vie.

L'œil d'un touriste déçu

La fée munie de sa baguette tape sur la citrouille et celle-ci devient un carrosse grâce auquel Cendrillon peut se rendre au bal du-roi. Voyager en avion relève pareillement de la magie. Je quittais Paris par 10 degrés sous zéro pour arriver à Dakar par 30 degrés au dessus de zéro.

Je quittais les champs de céréales déjà verts pour la savane aride et sèche; mais que la chaleur du soleil est accueillante pour qui sort du froid glacial et paralysant. Je quittais les banlieusards affairés et indifférents pour la vraie téranga : celle des sourires faciles, celles des « comment ça va ? Ça va bien ? Tant mieux si ça va ! ». Je quittais les horaires serrés et les rendez-vous qui s'enchaînent les uns aux autres pour la douceur du temps qui s'écoule sans précipitation, tranquillement comme l'eau d'une douce rivière.

Le taximan était là, sourire aux lèvres, et à peine les salutations faites, mes bagages étaient déjà dans le coffre et la voiture filait sur Somone, où m'attendait un havre de paix, la fraîcheur vivifiante d'une piscine ensoleillée, et la gentillesse d'un gardien attentif et d'une « fatou » dévouée.

Dès le premier soir, le gardien me proposa une « soirée sénégalaise ». J'étais fatigué par le voyage mais ma curiosité fut plus forte. J'imaginais naïvement des danseuses en pagne les cheveux enrubannés de fleurs exotiques, une musique rythmée aux accents sonores des mains qui heurtent les tam-tams et autre djembés. J'imaginais la plage non loin et peut-être le feu de camps. J'imaginais l’Afrique de mon enfance, celle de mes rêves et sans doute celle de mes fantasmes exotiques nourris de clips télévisés.

Quels ne furent mon étonnement et ma déconvenue ! Pas de plage mais la terrasse un peu triste d'un café ! Pas de feu de camps mais quelques lampes blafardes ! Pas de danseuses exotiques mais un chanteur-danseur « désarticulé » qui s'agitait comme une araignée devenue subitement hystérique aux rythmes d'une musique endiablée.

La terrasse était presque vide et je me sentais subitement bien seul. Le matin je prenais le thé avec quelques amis avant mon départ dans un estaminet parisien et le soir me voilà dans cette atmosphère bruyante, cet air moite et empesé. Je m'efforçais de faire bonne figure. Progressivement, les gens arrivèrent et je me sentis moins seul: On entendait maintenant les rires, les chants, et ces curieuses intonations pour qui méconnaît le wolof. L'angoisse qui m'avait initialement serré la gorge se dissipait à mesure que l'ambiance devenait survoltée. Las corps ondulaient, on se touchait, on se congratulait. La vie émergeait subitement comme d'une fourmilière malencontreusement heurtée par le pied. J'observais tous ces gens avec une infinie curiosité.

Passé le moment du charme de la nouveauté, mon esprit redevint critique. L'œil du caméléon qui veille dans l'entrelacement de mes neurones me fit voir une réalité moins exotique.

De nombreuses jeunes filles légèrement, parfois trop légèrement vêtues, presque nues s'agitaient dans la musique et la lumière blafarde. Mon regard se fixa sur l'une d'elle, grande, aux longs cheveux tressés, aux rondeurs exquises, au visage angélique. Je ne me lassais pas de la regarder. Un homme blanc, dont la ceinture maintenait à peine un ventre bien trop lourd, s'approcha d'elle et lui parla à l'oreille, Elle lui sourit et lui chuchota quelques mots. Je les vis non sans tristesse s'évanouir dans un taxi.

Cette scène se répéta plusieurs fois ! Cette soirée n'était pas vraiment sénégalaise ! J'étais dans un endroit devenu, peut-être malgré lui, un lieu d'« échanges », d'« échanges tarifés ».

Le charme était rompu, dommage! Je venais de découvrir cet autre visage d'une partie l'Afrique, celui du monde de la nuit et de la prostitution.


Partagez votre commentaire...



Dans la même rubrique



Nous vous recommandons

Seytoo
Life
Seytoo
Africa
Seytoo
TV
Seytoo
News
Seytoo
Club



À propos| Contacts| Confidentialité| Seytoo.App|English

© 2020, Seytoo, tous droits réservés. Seytoo n'est pas responsable des contenus provenant de site web externes et/ou publiés par ses visiteurs.