Seytoo — Des idées et des histoires qui inspirent. Une autre école sénégalaise est possible pour sauver notr.
×
menu
group
EN

Société
Afrique
Vidéos
Chroniques
Actualités

En cliquant sur « Je m'inscris », vous acceptez la Politique de Confidentialité de Seytoo.
Créez votre compte !
keyboard_arrow_left

Préc.


Partag.

save

Enreg.
keyboard_arrow_right

Suiv.

Afrique

Une autre école sénégalaise est possible pour sauver notre système éducatif !

26 juillet 2021, Moustapha Camara, Professeur d’histoire
Une autre école sénégalaise est possible pour sauver notre système éducatif !

C’était avec beaucoup d’enthousiasme que nous avions accueilli l’annonce par le Président Macky Sall lors de son message de meilleurs vœux à la nation, de la tenue prochaine des Etats généraux de l’éducation. En tant qu’éducateurs, complètement désappointés par la situation désastreuse dans laquelle se trouve l’école, nous avions de quoi expirer un ouf de soulagement. Enthousiastes pour la raison qu’il a été bien dit « Etats généraux de l’éducation », et non de l’école tout court. Dans ce dernier cas, notre désespoir aurait été démesuré du moment que rien ne pourrait alors nous convaincre que le fiasco des assises de 1981 ne sera pas reproduit.

Les conclusions des états généraux des années 80 dorment toujours dans les tiroirs du ministère de tutelle parce que c’était un échec. Echec dû au fait que les autorités de l’époque n’avaient pas tenu compte du fait que l’école au Sénégal, ce n’était pas de l’éducation au sens large du terme. L’école "sénégalaise", héritage colonial, souffrait d’une sorte de « paralysie congénitale » qui l’a, de tout temps, confinée dans un statut de simple outil d’enseignement. Elle se limite à l’instruction qui est relative seulement aux savoir et savoir-faire théoriques, copiés sur le modèle occidental, donc en décalage total avec les réalités du milieu social et culturel de l’enfant sénégalais. L’école au Sénégal, c’est une simple transmission de connaissances. Le recours aux méthodes logocentriques, l’exposé ex cathedra en témoigne. Or l’école, telle que définie par le canadien André Legendre, auteur du Dictionnaire Actuel de l’Education, est «un établissement à la fois d’enseignement, d’éducation et de formation professionnelle…». A ce titre, elle a l’obligation de se référer aux valeurs cardinales et aux besoins fondamentaux de la société pour réaliser le type d’homme capable de participer activement au développement de son pays.

C’est un outil de socialisation. Elle doit aider à la socialisation de ses élèves qui deviennent progressivement citoyens partageant les valeurs, les coutumes, les croyances et les interdits de la société tout en restant ouvert au reste du monde, aux savoirs et aux technologies nouvelles. L’éducation scolaire, à la différence de l’enseignement, doit donc consister dans la formation globale de l’individu à divers niveaux (moral, spirituel, religieux, civique, social, technique, scientifique, intellectuel, professionnel, etc.). Elle doit viser le développement de toutes les capacités de l’individu : capacité de réfléchir, d’imaginer, de créer, d’inventer. Ce qui, par voie de conséquence, permettra à ce dernier d’affronter sa vie personnelle, de la gérer en étant un citoyen responsable, un intellectuel capable de réfléchir, d’analyser les situations, de comprendre les problèmes de sa société et d’en proposer des solutions idoines.

L’école sénégalaise, telle qu’elle se présente aujourd’hui, est une "caricature d’école". Issue de la réforme d’août 1945 qui faisait suite à la Conférence "pédagogique" de Dakar du 25 au 30 juillet 1944 et dont le but était, selon le Directeur général de l’Instruction de l’AOF, M. Aubineau, de «dispenser à tous un enseignement de qualité», l’école française, à la différence de la précédente (l’école coloniale), était un véritable outil de dépersonnalisation des peuples africains. La mission primordiale qui lui était assignée consistait, au sortir de la Deuxième guerre mondiale, à détourner les peuples de leur bonne conscience en s’efforçant de réorienter les mentalités vers l’amour de la France. Il fallait, par le canal de l’instruction, susciter chez les Africains un sentiment d’appartenance à la France. A cet effet, l’école devait les assimiler effectivement pour faire d’eux des Européens noirs "civilisés", imbus de valeurs de civilisation française. Si l’école coloniale avait toujours observé une attitude prudente sur la question de l’assimilation, l’école française, quant à elle, devait former en terre africaine des "citoyens français", dévoués à la mère Patrie. Cette école avait nettement été conçue à tous les niveaux structurels pour la société française. Et le type d’Africain qu’elle était appelé à produire, devait être enraciné, non dans la culture de ses ancêtres noirs considérés comme des "barbares", mais dans celle de ses ancêtres d’emprunt, les Gaulois.

L’indépendance, survenue en 1960, avait plongé cette école dans une situation d’ambigüité. Conçue pour la société française, elle devait dorénavant s’adresser à une société dont elle a jusque-là ignoré les réalités et dédaigné, puis combattu les valeurs éducatives. Ayant presque déraciné le Sénégalais qui, par la suite, n’avait pas encore été suffisamment assimilé à la civilisation française, l’école, obligée de devenir "sénégalaise", formait et continue encore à former un type de Sénégalais, plongé dans une situation ambigüe de "ni-Sénégalais ni-français", souffrant de toutes sortes de complexes incommodes. Un tel individu, en vérité, ne peut pas être autonome. Il vit des réalités qu’il ne comprend pas, simplement parce qu’il est "éduqué" selon les valeurs d’une société "fictive" dans laquelle il ne vit pas.

Au lendemain de l’indépendance, une réforme scolaire aurait due être mise en œuvre pour restructurer complètement le système légué par les colons, en reconsidérant les programmes d’enseignement et en revoyant les méthodes pédagogiques en vue d’établir une parfaite adéquation entre l’école et les réalités sénégalaises. Une forme éducative, quelle que soit sa performance, ne saurait rester statique. Elle doit évoluer dans le temps. Elle doit réaliser constamment des changements au niveau de ses finalités, de ses méthodes et de ses structures. L’éducation est une réalité dynamique qui évolue en fonction des mutations du monde. Au Sénégal, depuis la réforme d’août 1945 qui réorganisa l’enseignement en AOF en l’alignant à son homologue de la métropole, aucune réforme sérieuse n’a été envisagée pour adapter l’école aux réalités du pays.

Ce qui fait le drame de la société sénégalaise actuelle, c’est qu’elle a une école qui est en déphasage avec ses réalités. Nous avons, pour reprendre le titre de l’ouvrage du prêtre autrichien, Ivan ILLICH, « une société sans école ». Une société sans école est comme un troupeau sans berger, livré à lui-même. Et un troupeau sans berger est en proie à tous les dangers. Depuis Socrate (470-399 av. J-C) jusqu'à Rousseau (1712-1778) et les physiocrates en passant par les humanistes, il est démontré que la négligence de l’éducation des enfants dans une société, est une catastrophe en vue. Sur ce point, l’humaniste Erasme (1469-1536), dans son livre De l’éducation des enfants (1529), avait donné des avertissements aux peuples. Après avoir fait constaté qu’« une éducation soignée et méthodique est la source de toutes les vertus », il note cependant que «la première responsable de la sottise et de la méchanceté, c’est l’éducation négligée et corrompue».

Cette apologie des vertus de l’éducation se justifie par le fait qu’il n’est pas possible aujourd’hui comme de par le passé, de trouver un exemple de pays qui s’est développé sans un système éducatif de qualité. Il n’existe pas au monde un seul exemple de croissance économique dans une société illettrée. L’Europe, par exemple, s’est développée grâce à la croissance intellectuelle due au développement de l’enseignement et de la recherche dans les écoles, les universités et les instituts techniques. A cela s’ajoutent un mode de vie familiale et des conduites sociales basés sur des principes d’éducation morale, spirituelle et religieuse particulièrement rigoureux. Ce qui fait la force du Japon, c’est la qualité de son système éducatif. Tous les pays dits émergents aujourd’hui ont suivi le même chemin. A l’inverse, si la société sénégalaise est malade c’est, sans aucun doute, à cause de la décrépitude de son système éducatif.

L’école sénégalaise est malade, très malade de ses programmes inadéquats, malade de ses méthodes pédagogiques rétrogrades, malade de ses grèves cycliques, malade de ses enseignants mal recrutés, peu formés, mal rémunérés, donc totalement démotivés. Notre école est malade du manque de vision des pouvoirs publics, malade du pilotage à vue des autorités ministérielles et de la corruption des autorités académiques et scolaires. L’école, c’est la société en miniature. Ses dysfonctionnements entrainent des répercutions terribles dans la société. L’école sénégalaise sombre dans la déchéance, la société aussi. Les maux que l’on observe aujourd’hui dans notre société, sont consubstantiels au manque d’éducation. Il s’agit des "maladies de la société" que tout le monde connait : l’incivisme et l’indiscipline caractérisée, le désordre dans tous les secteurs, la dépravation des mœurs, le recul de la religiosité, la cupidité, le manque de sérieux et le sabotage dans le travail, la corruption sous toutes ses formes, le mensonge partout érigé en règle, le gaspillage, la paresse, le culte de la facilité auxquels il faut ajouter le grand banditisme d’Etat et le pillage systématique et implacable des ressources publiques. L’éducation de qualité pour tous est, à notre humble avis, la thérapie idoine qu’il faudrait administrer à ce pays pour le débarrasser de toutes ses difficultés et lui permettre de disposer des ressources humaines, capables de promouvoir les conditions d’un Sénégal nouveau qui émerge dans la paix et la stabilité.

Ce qui nous a le plus motivés à écrire ce texte c’est, en toute évidence, pour attirer l’attention de nos dirigeants sur la primauté de la question éducative sur toute autre politique de développement. La léthargie de notre système constitue, incontestablement, la source transversale de toutes les difficultés auxquelles l’Etat est confronté. Sur ce point, une chose est à préciser, tant que les problèmes de l’école ne trouveront pas de remèdes, aucune politique, quoique pertinente soit-elle, ne produira les effets escomptés. Car l’éducation est un facteur avéré de changement social et de progrès à tous les niveaux. Aujourd’hui, il est grand temps que les autorités étatiques optent pour une réforme très profonde du système éducatif sénégalais, en ayant surtout une vision "altermondialiste" de la question et se convaincre qu’« une autre école est possible ». Une école "décolonisée", réadaptée aux réalités sénégalaises ; une école qui intègre nos valeurs morales, nos langues, les coutumes de nos ancêtres et les enseignements de nos « illustres patriarches» (Cheikh Oumar, Cheikh Amadou Bamba, El hadji Malick Sy, Saydina Limamou Laye, Fodé Kaba, Aline Sitoé, etc.).

Nous avons besoin, comme dit Professeur Amadou Makhtar Mbow, d’une école orientée vers l’éducation permanente, intégrant à la fois le scolaire et l’extrascolaire. Une école qui met à profit les « écoles parallèles » que constituent les journaux, la radio et la télévision dont les contenus ou les programmes peuvent être repensés et orientés vers la correction des déviations et des insuffisances que l’on constate dans l’esprit et le comportement des jeunes et adultes d’aujourd’hui. A ce niveau précis, il est important d’évoquer la responsabilité des parents dans l’éducation de leurs enfants. L’enfant est par essence l’imitateur parfait. L’adage est bien connu, «tel père, tel fils» ou « telle mère, telle fille ». L’enfant s’identifie à ses parents pour tout ce qu’il fait, jusqu’aux plus petits détails. Il faudrait donc que les parents reprennent en main l’éducation morale et spirituelle de leurs enfants, en donnant de bons exemples. Le Sénégal a besoin d’une "Ecole Nouvelle", celle qui formera un Sénégalais de type nouveau, enraciné dans sa culture et ouvert au reste monde. Pour ce faire, le débat doit être sérieusement posé pour que des solutions soient trouvées à la question éducative.

Des solutions concrètes et durables, non pas seulement aux crises scolaire et universitaire, mais à l’éducation nationale dans sa globalité. L’éducation étant une affaire de toute la nation, le modèle éducatif à mettre en place incombe à la population tout entière. Tous les acteurs de l’école, les parents d’élèves, les chefs religieux et coutumiers, les experts en sciences de l’éducation, les psychologues, les pédagogues et les pouvoirs publics doivent se concerter pour réfléchir sur la réforme qu’il convient d’opérer pour rendre l’école sénégalaise utile et performante.

▼ Nous vous recommandons